Sélection premiers romans de la rentrée littéraire 2020

premiers romans rentrée littéraire 2020

 

La rentrée littéraire, c'est l'occasion de découvrir de nouvelles plumes souvent noyées parmi des productions plus médiatisées,

voici donc quelques pistes de lecture plus confidentielles pour cet automne 2020 !

 


 

 

Les mauvaises herbes . Dima Abdallah – Sabine Wespieser éditeur

Une mauvaise herbe pousse là où elle ne devrait pas. Dans ce premier roman, Dima Abdallah fait se rencontrer les voix d'une jeune fille et de son père dans un dialogue à la fois passionné et désespéré.
Un véritable huis clos s'installe entre les deux personnages, dont le dialogue s'articule autour de la distance, de la fêlure familiale, de leur incapacité à s'inclure au monde qui les entoure. La notion d'exil occupe une place de choix dans ce roman, puisque la jeune fille est forcée de quitter son Liban natal pour émigrer en France à l'âge de douze ans; mais c'est l'exil intérieur qui prédomine dans ce récit, Dima Abdallah nous montrant à quel point on peut se sentir étranger aux autres lorsque l'on est à la marge. Ce livre n'est pas un témoignage sur la guerre comme on pourrait le croire de prime abord, mais une histoire d'amour entre une fille et son père qui se rejoignent dans la dissidence et le rejet du monde d'aujourd'hui.
Un très beau roman sur la filiation et le désir de liberté, une très belle histoire sur les inadaptés, les marginaux de ce monde, une ode à la liberté et à l'amour, une précieuse découverte pour la rentrée littéraire 2020 (déjà récompensée par le Prix Envoyé par La Poste 2020).

> Lire un extrait avec 1er Chapitre
> A télécharger avec PNB sur votre médiathèque en ligne !

 

 

Rosa Dolorosa . Caroline Dorka-Fenech – La Martinière

C’est un premier roman poignant sur l’amour maternel et la recherche de vérité que signe Caroline Dorka-Denech chez La Martinière

 Rosa Dolorosa, c’est l’histoire d’une mère et de son fils, Lino, qui ont en commun le rêve de devenir propriétaires d’un hôtel de Nice. Lorsque Lino est arrêté pour le meurtre atroce d’un enfant dont ils étaient proches, c’est tout le monde de Rosa qui s’écroule : l’hôtel dont ils avaient tant rêvé ne semble plus qu’un lointain souvenir. Mais elle ne doute pas une seule seconde que son fils, son petit garçon, ne soit en aucun cas lié au meurtre dont il est accusé ; Rosa va lutter jusqu’au bout pour prouver l’innocence de Lino et ce, malgré ses accès de violence, son penchant pour l’alcool, ses escapades nocturnes. Rosa Dolorosa se lit d’une traite, il est difficile de s’en détacher : Caroline Dorka-Fenech a su, dès ce premier roman, tenir le lecteur en haleine. La narration est maîtrisée, addictive : ce fait divers attise la curiosité du lecteur, et cet amour sans faille interroge. Dans un style simple et grand public, ce roman se dévore avec plaisir.

Lire un extrait avec 1er Chapitre
A télécharger avec PNB sur votre médiathèque en ligne !

 

 

 

 

 

La chienne . Pilar Quintana – Calmann-Levy

Au coeur de la jungle colombienne, Damaris n’arrive pas à enfanter. Pleine de tristesse, elle trouve du réconfort auprès d’une petite chienne à laquelle elle s’attache de manière viscérale ; mais le désir de liberté de l’animal reprend peu à peu le dessus. De la brièveté de ce roman jaillit la très belle plume de Pilar Quintana, qui nous transporte dans un univers hostile et cruel, entre l’océan Pacifique et la jungle colombienne. L’autrice dresse le portrait tragique d’une femme rongée par la tristesse et la culpabilité, que l’existence n’épargne pas et qui trouvera refuge dans l’amour qu’elle porte à l’animal. La chienne est un conte cruel à propos du désir de maternité, le récit d’une femme qui se laisse submerger par la douleur.
Ce roman, aussi court qu’intense, est la première traduction française de Pilar Quintana; c’est donc la première fois que le public francophone peut découvrir cette autrice déjà reconnue en Colombie. “La Chienne” est d’une densité incroyable, émouvant et universel, et superbement mis en valeur par la traduction de Laurence Debril.

 
Lire un extrait
A télécharger avec PNB sur votre médiathèque en ligne !

 

 

 

 

 

La cuillère . Dany Héricourt – Liana Levi

Ce roman d’apprentissage revêt la forme d’un road-trip initiatique, à l’humour décalé, qu’entreprend Seren afin de découvrir les origines d’une cuillère retrouvée auprès de son père soudainement décédé. Dany Héricourt, primo-romancière à la double-culture française et britannique, signe un superbe roman chez Liana Levi, plein de légèreté et d’enthousiasme.
Le roman débute au Pays de Galles, dans l’hôtel où habite Seren avec sa famille, lors du décès de son père. Elle découvre à son chevet une cuillère ornée d’armoiries françaises. Curieuse quant à son origine, elle décide de partir en France pour en savoir plus et “se perdre” selon les conseils avisés du proviseur de l’école d’art qu’elle envisage d’intégrer. Durant son voyage qui la conduira en Bourgogne, elle croise sur sa route toutes sortes de personnages hauts en couleur. C’est avec un humour anglais délicieux que Dany Héricourt nous fait le récit de cette quête : de la perdition volontaire de Seren, l’autrice développe un roman d’apprentissage léger et positif, qui aborde avec humour les thèmes du deuil et du passage à l’âge adulte.

 
Lire un extrait avec 1er Chapitre
A télécharger avec PNB sur votre médiathèque en ligne !

 

 

 

Les déviantes . Capucine Delattre – Belfond

C’est l’histoire d’Anastasia, jeune femme de 29 ans à la vie bien rangée, qui découvre qu’elle est atteinte d’un cancer du sein. Cette nouvelle sera vécue comme un immense bouleversement qui l’amènera à remettre en question les choix qu’elle a pu faire, et à s’entourer de sa meilleure amie et de sa petite soeur, elles aussi à un moment charnière de leur existence. Ensemble, elles vont devenir des “déviantes”, en faisant le choix de suivre leur coeur et de bouleverser leur quotidien. Ce roman aborde des thématiques très actuelles comme la sororité et la résilience, et revendique l’entraide et la solidarité féminines comme moyen de gagner son indépendance. Capucine Delattre signe à seulement 19 ans un très beau premier roman, au style soigné et épuré.

Lire un extrait

 

Type d'actualité: