Autoportrait en chevreuil

Elias, jeune homme discret, traîne derrière lui le fardeau de son enfance hors-norme passée au côté de son père magnétiseur et délirant.

Après Pourquoi les oiseaux meurent paru en 2017, Victor Pouchet est de retour chez les éditions Finitude pour la rentrée littéraire avec ce roman plein de sensibilité. L'auteur imagine le personnage d'Elias, fils d'un magnétiseur délirant qui a éduqué ses deux enfants selon ses propres règles. Plus tard, ce petit garçon deviendra un homme que sa copine qualifie de « bancal », peu adapté et souvent mal à l'aise, car l'enfance est toujours un poids dans la vie d'un adulte, plus ou moins facile à porter.
L'écriture de Victor Pouchet est tout en nuance, très poétique, ce qui rend ce récit tragique d'autant plus touchant. Ce roman est atypique de par sa construction – trois parties pour trois personnages différents dont les voix se succèdent : Elias, sa copine Avril, et enfin son père. L'auteur prend le parti de mélanger les procédés narratifs entre le récit qu'Elias fait de son enfance difficile, l'extrait du journal de sa copine Avril qui nous dévoile un point de vue extérieur sur ce personnage, et enfin la tirade du père comme conclusion de ce très beau roman, ce qui ajoute à son originalité.
Les éditions Finitude choisissent bien souvent de publier des perles de littérature – on ne peut oublier la fantaisie à l'œuvre dans le superbe En attendant Bojangles – et ce roman choisi pour la rentrée littéraire 2020 nous le confirme.

Conseillé par Oriane

Pour connaitre la disponibilité de ce document dans vos médiathèques, cliquer ICI.

 

Et pour trouver des milliers d'autres ressources en ligne :

  • Pas encore inscrit ? Tout est expliqué ICI !
  • Une fois connecté, cliquez sur l'onglet Ressources de la page d'Accueil (bouton vert sur le menu).
  • Choisisissez entre la presse, les livres numériques à télécharger, les albums jeunesse à lire et à écouter, la musique, les films, les tutos d'autoformation ou nos sélections en cliquant sur l'onglet dédié !