Une chance folle

 

La narratrice, Magda, a été brûlée à l’âge de 9 mois. Une bouilloire. Magda a suivi le fil électrique, la bouilloire s’est déversée sur son poitrail. Bilan : une cicatrice qu’elle portera à vie. Adolescente, elle raconte la suite : le complexe du corps meurtri, un handicap physique qui lui fera détourner les yeux des gens qui l’observe, se sentir mal à l’aise, gênée. Durant l’accident, la mère faisait on ne sait trop quoi (Magda a découvert un carnet où la maman exprime son ressenti et n’incrimine que sa fille), le père était parti à la sieste. Magda a été greffée à plusieurs reprises. Elle entretient une relation privilégiée avec son frère Marc plus vieux de 11 mois seulement, un amour (platonique ?) exclusif, sans nuance et sans partage. Ce roman intimiste est celui de l’impossible reconstruction, des cicatrisations, physiques comme morales, impossibles à obtenir. Lent, désenchanté, parfaitement maîtrisé bien que ce ne soit que le deuxième d’Anne GODARD. Roman court et émouvant, très bien huilé et très contemporain. À découvrir.

 

Proposé par Laurent, bassin sud-ouest