Un convoi pour Juan-les-Pins

Dans son troisième opus, Olivia Elkaim nous relate avec ironie la mort de mémé Yvette, et le joyeux bazar que ce décès provoque dans cette famille juive où la perspective d’un juteux héritage exacerbe les tensions des uns envers les autres. Rondement menée, cette histoire courte convie burlesque et émotion en nous racontant ce deuil perturbé par les fumées et cendres d’un volcan islandais au nom imprononçable et la zizanie semée dans cette tribu dont les liens ne sauraient résister à l’appel de l’argent. Seuls Mina, narratrice et petite-fille de l’aïeule, et Massimo, vulcanologue sicilien au charme latin duquel succombait hier feue Yvette, tireront leur épingle du jeu à l’issue de quarante et une pages menées tambour battant.
Nul doute que ce treizième titre de la collection Histoire courte aux accents burlesques et dramatiques activera sans peine la caméra interne du lecteur en quête d’une divertissante prose non dénuée de finesse.

Conseillé par Sandrine - bassin lecture F : Lempdes, Aulnat, Pont-de-Château.