La cosmologie du futur

Auteur : Alessandro Pignocchi
Editeur : Steinkis Paris
Publié : 2018
Type de document : 10-Livres
Cote : etagère culture&info
Résumé : Des mésanges punks qui se mêlent de politique, Des hommes politiques plus animistes que des Indiens d'Amazonie, Un anthropologue jivaro qui tente de sauver ce qui reste de la culture occidentale, Voici quelques habitants de ce monde nouveau où le concept de "nature" a disparu, où les plantes et les animaux sont considérés comme des partenaires sociaux ordinaires et où le pouvoir n'exerce plus aucun attrait. Après la lecture de ce livre, vous ne regarderez plus jamais les mésanges et les hommes politiques de la même façon.

Une bande dessinée vraiment sympa, notamment les strips où apparaissent les mésanges, petits instants punks pleins d’humour.

A côté de cela, un texte de l’auteur en postface complète très intelligemment le propos de la bande-dessinée et fait appel à des concepts, certes un peu difficile à appréhender parfois, mais pleins de beauté humaniste et animiste. En condensé, l’auteur nous invite à apprendre sans la notion de « nature », notion cosmologique opposée à la culture qui à pour effet de la séparer du genre humain et nous empêche de penser correctement les problématiques environnementales et le monde qui nous entoure.

Il nous invite à transformer notre cosmologie en cosmologie analogique : chaque être est différent de l’autre par son intériorité et sa physicalité mais,  de manière paradoxale, ces êtres uniques, fragments d’un écosystème commun, renforcent les innombrables liens qui les unissent.

Les questions écologiques, avec cette vision du monde, deviennent des « expériences vécues », indissociables des questions sociales. Lorsque l’on se battait dans la ZAD de Notre-Dame des Landes, ce n’était pas au nom d’un principe abstrait de préservation de la biodiversité mais « contre la mise en péril d’un élément non-humain conçu comme un membre du collectif ». La frontière entre nature et culture s’efface au profit d’un élément commun, la nature se défend elle-même lorsque l’homme la défend. Cela transforme le combat écologique en combat existentiel.

En somme, chaque être fait partie d’un même tout. Il ne s’agit que de se battre pour une partie du collectif dans lequel nous sommes tombés à notre naissance.

Vous l’aurez compris je vous conseille de lire cette BD riche, pleine d’humour, et intelligente.

A noter que ce titre fait partie de la sélection pour le 15ème Prix du livre Environnement.

Matthieu, Bassin Centre.