El mal querer

Le flamenco pour transgresser les codes du genre

Rosalia est en quelque sorte l'ovni du flamenco. C'est la première fois qu'un tel mélange des genres fait autant parler de soi, y compris pour la danse, la chanteuse ayant été accusée d'appropriation culturelle. En effet bien qu'elle y ait baigné depuis son adolescence, elle n'est pas originaire du traditionnel giron du flamenco (d'Andalousie ou de Séville) mais de Barcelone. Quand à son interprétation du flamenco, elle le remodèle en y ajoutant des éléments de pop et d'électro voire de trap. Son deuxième album, El mal querer, se concentre autour des tourments de la passion. Bien construit narrativement et divisé en onze chapitres, elle y décline ses techniques de chant flamenco, des morceaux pop, a capella ou accompagné d'une moto qui pétarade sans pour autant nous perdre. Un exercice de style périlleux réussi pour une jeune chanteuse qui a réussi à transposer un flamenco passionné à l'époque actuelle.

 

Conseillé par Émilie

Pour connaitre la disponibilité de ce document dans vos médiathèques, cliquer ICI.

 

Et pour trouver des milliers d'autres ressources en ligne :

  • Pas encore inscrit ? Tout est expliqué ICI !
  • Une fois connecté, cliquez sur l'onglet Ressources de la page d'Accueil (bouton vert sur le menu).
  • Choisisissez entre la presse, les livres numériques à télécharger, les albums jeunesse à lire et à écouter, la musique, les films, les tutos d'autoformation ou nos sélections en cliquant sur l'onglet dédié !