Extrait d'un recueil d'anciennes poésies françaises

Certaines naissances marquent l'Histoire : partez à la rencontre de Christine de Pizan, l'une des premières féministes du Moyen-Age...

Découvrez dans le manuscrit ''Recueil d'anciennes poésies françaises'' conservé à la Bibliothèque du Patrimoine, à partir du folio 39, un texte de Christine de Pizan sur "Les enseignemans que Christine [de Pisan] donne à son filz. Filz, je n'ay mie grant trésor, Pour t'enrichir pour ce trésor... Et l'ame durera sans fin".

Christine de Pizan naît à Venise en 1364. Quelques années plus tard, son père Thomas de Pizan, célèbre professeur italien de médecine et d'astrologie, est invité par Charles V, roi de France, à venir travailler pour lui. En 1368, toute la famille s'installe à Paris pour vivre à la cour où Christine grandit et a, très jeune, accès à une éducation privilégiée, encouragée par son père à s'instruire.

A 15 ans, elle épouse le secrétaire du roi Etienne du Castel qui va occuper une place importante dans l'éducation littéraire de sa femme. Malheureusement, à la mort du roi en 1380 puis celle brutale de son mari en 1390, elle se retrouve veuve avec trois enfants, sa mère et sa tante à charge, sans héritage et poursuivie par la justice pour les dettes de son époux. Contre toute attente et contre les usages de l'époque, elle fait le choix de ne pas se remarier et de se défendre elle-même en cour de justice. Elle se remet à la lecture, aux études et commence à écrire devenant ainsi l'une des premières femmes à subvenir à ses besoins et ceux de sa famille grâce à sa plume.

Ces premiers textes sont des poèmes d'amour, dont la particularité est l'usage de la première personne, pratique rare à l'époque. Déjà, elle commence à prendre position pour la défense des femmes allant jusqu'à critiquer les propos misogynes du Roman de la Rose, célèbre texte du 13e siècle.

Elle se lance, ensuite, dans l'écriture d'ouvrages mystiques, philosophiques et politiques où elle n'oublie pas d'inclure ses propres idées sur la condition féminine et l'autorité éclairée. Elle s'attaque également aux préjugés misogynes souvent issus de textes basés sur le discours de l'Église. Elle s'oppose à la généralisation et à la condamnation de tout le genre féminin : elle veut rappeler que les femmes sont des êtres humains capables de rationalité et de vertu, propos qui, en regard du contexte historique et de la mentalité de l'époque, peuvent définitivement être qualifiés de féministes.

Grâce à son intelligence, son savoir et son courage, elle aura marqué l'histoire en tant que première femme de lettres française. Elle ouvrira la porte à l'humanisme en faisant connaître Dante et Boccace.
Sa réputation de critique littéraire, historienne, poétesse grandit au fil des années, elle reçoit des commandes de la famille royale dont le Livre des fais et bonnes mœurs du sage roi Charles V en 1404.
Son talent d'écrivaine et son érudition sont reconnus à leur juste valeur.

En 1418, elle fuit Paris envahie par les Bourguignons. On perd sa trace jusqu'en 1429, date où elle écrit sa dernière œuvre Le ditié de Jeanne D'Arc. Elle décède en 1430 à l' abbaye de Poissy, laissant derrière elle des dizaines de poèmes et plus de trente ouvrages (Cent ballades d'amant et de dame, la Cité des dames, le Livre des vertus de l'enseignement des dames, le Chemin de longue estude, les Lamentations sur les maux de France etc...).

Découvrez ses œuvres sur notre catalogue en ligne !!

Conseillé par Véronique


Où trouver cette ressource ?

Et pour trouver des milliers d'autres ressources en ligne :

  • Connectez-vous sur la bibliothèque numérique : Connexion en haut à droite
  • En page d'accueil cliquez sur l'onglet Ressources (bouton vert sur le menu).
  • Choisisissez entre la presse, les livres numériques à télécharger, les albums jeunesse à lire et à écouter, la musique, les films, les tutos d'autoformation ou nos sélections en cliquant sur l'onglet dédié !
  • Pas encore inscrit ? Tout est expliqué ICI.