J’accuse

Pendant les 12 années qu'elle dura, l'affaire Dreyfus déchira la France, provoquant un véritable séisme dans le monde entier. Dans cet immense scandale, le plus grand sans doute de la fin du XIXème siècle, se mêlent erreur judiciaire, déni de justice et antisémitisme.

Amoureuse du grand cinéma mais féministe dans l'âme, ayant toujours éprouvé du dégoût après avoir lu adolescente le chapitre sur « l'affaire de mœurs » concernant une très jeune fille de 13 ans dans son autobiographie « Roman » et perplexe quant à ses relations avec les femmes dans le reste du livre, j'étais allée malgré tout voir certains de ses films au cinéma. L'époque d'alors laissant penser que ceux qui avaient des scrupules étaient rancuniers et jaloux d'un réalisateur hors normes, un monstre sacré à la vie tragique, créateur de nombreux chefs-d'œuvre que tout cinéphile qui se respecte se devait de voir.

Cette fois-ci, prise entre le marteau et l'enclume, entre mes opinions et la curiosité de voir le dernier Polanski, qui plus est sur la plus grande et significative injustice judiciaire Française : l'affaire Dreyfus, j'ai choisi de rester chez moi.

Lors du confinement, je me suis décidée à voir ce film via les ressources numériques. Me sentant moins coupable, force est de reconnaître que sans atteindre ses œuvres majeures comme ses premiers films dans les années 60, Chinatown, Tess, Le locataire ou Le pianiste, il a réussit un grand film haletant sur la recherche de la vérité, sans esbroufe ni effets faciles avec la même rigueur et exigence dans sa mise en scène, aidé par un scénario au diapason, co-écrit et adapté d'un livre de son comparse Robert Harris.

Monsieur Polanski a obtenu le césar du meilleur réalisateur parce que les techniciens de la profession ainsi que les acteurs ont une vénération absolue pour un cinéaste qui a une parfaite connaissance de tous les postes du 7ème art. Une conscience aiguë de chaque plan. Un œil.

Ce film sera sans doute son dernier film parce que les temps changent, se transforment, évoluent et que les gens vivent et meurent.

Conseillé par Marie


Comment télécharger ou consulter gratuitement ce document ?

  • En premier lieu connectez-vous sur la bibliothèque numérique : Connexion en haut à droite
  • De retour sur cette page, rafraîchissez avec la touche F5 du clavier
  • Puis cliquez ICI pour retrouvez le document
  • Pas encore inscrit ? Profitez-en car en ce moment c'est GRATUIT!

Et pour trouver des milliers d'autres ressources en ligne :

  • Une fois connecté, cliquez sur l'onglet Ressources de la page d'Accueil (bouton vert sur le menu).
  • Choisisissez entre la presse, les livres numériques à télécharger, les albums jeunesse à lire et à écouter, la musique, les films, les tutos d'autoformation ou nos sélections en cliquant sur l'onglet dédié !