Sous le feu corse : l'enquête du juge des paillotes

Auteur : Patrice Camberou
Editeur : Futuropolis [Paris]
Publié : 2016
Type de document : 10-Livres
Cote : bda camb
Résumé : Dans la nuit du 19 avril 1999, la paillote « Chez Francis », située au Sud d’Ajaccio, est dévastée par un incendie d’origine criminelle. Rapidement, des gendarmes d’élite sont soupçonnés. Tout récemment désigné pour effectuer le remplacement de son épouse juge d'instruction au tribunal d’Ajaccio, Patrice Camberou est de permanence quand il se voit confier le dossier. Le jour même, il met en examen et en prison trois gendarmes, dont le colonel Henri Mazères, le commandant de la légion de gendarmerie de Corse-du-Sud. Dès lors, la quête de la vérité dans laquelle s’est lancée le juge Camberou est semée d’embûches. L’affaire prend plus d’ampleur encore quand le lundi 3 mai, le préfet Bernard Bonnet est placé en garde à vue. Et pour la première fois, dans la Vème République, un Préfet, son directeur de cabinet et cinq gendarmes sont placés en détention provisoire. L’île de beauté risque alors de basculer dans le chaos alors même qu'elle est plongée dans des luttes fratricides entre nationalistes et qu'elle a subi un traumatisme invraisemblable après l'assassinat du préfet Claude Erignac, un an plus tôt. Les médias se sont emparés de l’affaire et sur le plan politique la tension est extrême. Au point que le gouvernement de Lionel Jospin doit s’expliquer sur ces faits et fait même l’objet d’une motion de censure à l’Assemblée nationale. Côté enquête, Patrice Camberou explore toutes les pistes. Il collecte des preuves, il mène de nombreuses auditions, il obtient des aveux, mais fait face, aussi, aux dénégations persistantes de Bernard Bonnet.

Vous vous souvenez peut-être de cette affaire des paillotes qui a défrayé la chronique en 1999. La paillote « Chez Francis » brûlée, détruite, ainsi qu’une autre destruction moins médiatisée. Les soupçons se portent rapidement sur les gendarmes corses, et plus loin, vers son possible commanditaire, le Préfet lui-même, Bernard BONNET. Ce roman graphique est le déroulement de ce fait divers et plus particulièrement de l’enquête qui s’ensuivra, durant laquelle beaucoup de gens trembleront, y compris au sein du gouvernement de Lionel JOSPIN (à l’époque premier ministre depuis 2 ans d’un gouvernement de cohabitation, avec Jacques CHIRAC comme Président de la République). Bernard BONNET va se braquer et s’isoler dans son rôle d’innocent, lâché au fur et à mesure de l’enquête, pointé du doigt par les exécutants des incendies, de fins limiers qui ont oublié sur les lieux du sinistre une cagoule et une radio. Bien joué. L’intérêt de cette BD est le scénario écrit par Patrice CAMBEROU, instructeur au moment de l’affaire et quelque peu bousculé en haut lieu (marié à une Corse, la question de la connivence sera évoquée). Il revient en détails sur ce fait divers, sur les gradés impliqués, les possibles ramifications. La BD s’arrête peu avant le verdict. Il en sera pourtant question dans un court épilogue.

 

Proposé par Juliette, bassin sud-ouest, médiathèque Chamfort