La tristesse des anges : roman

Auteur : Jón Kalman Stefánsson
Editeur : Gallimard Paris
Publié : 2011
Type de document : 10-Livres
Cote : r ste
Résumé : Jens, un postier, arrive dans un village, complètement gelé sur sa monture. Il est accueilli par Helga et un enfant. Lorsque Sigurdur, le médecin, le charge de partir à travers les fjords de Dumbsfirdir, Helga ne veut pas le voir partir seul affronter la tempête, et le fait accompagner par l'enfant.

Dans son premier roman – Entre ciel et terre - Jón Kalman Stefánsson nous faisait découvrir l'univers impitoyable de la vie des pêcheurs en Islande. Barour y trouvait la mort parce qu'il avait oublié sa vareuse en partant en haute-mer, trop absorbé par la lecture de poésies. Le gamin, héros sans nom de ce premier volume, débutait là sa quête initiatique.

La tristesse des anges nous accueille dans un univers toujours aussi glacial mais l'aventure se déroule principalement sur terre cette fois. Le gamin, confortablement installé dans son foyer d'adoption, doit débuter l'apprentissage de l'anglais pour pouvoir traduire les plus grandes plumes, lorsqu'il est contraint d'accompagner Jens, le postier taciturne, à travers sa tournée toujours plus au Nord. Marchant côte à côte mais tellement opposés, ces deux-là arriveront-ils à se rencontrer ? Les différentes étapes de leur périple donneront aux deux héros de Stefánsson, l'occasion de rencontrer des familles recluses et d'affronter leurs propres démons.

Au dehors, les éléments continueront à se déchaîner,et, entre tempêtes de neige et bourrasques islandaises. Il leur faudra trouver la force de résister. Comment lutter contre le sommeil qui pourrait être fatal ?
« Maintenant, il ferait bon dormir jusqu'à ce que les rêves deviennent un ciel, un ciel calme et sans vent où quelques plumes d'ange virevoltent doucement, où il n'y a rien que la félicité de celui qui vit dans l'ignorance de soi ».

J'attendais ce deuxième roman annoncé pour la rentrée littéraire avec impatience. J'ai eu, à nouveau, le souffle coupé par l'écriture dense et poétique de Jón Kalman Stefánsson.
« La neige en dehors est blanche, et certains mots sont plus riches de couleurs que tous les arcs-en-ciel» .

Conseillé par Isabelle, bassin lecture D - Aubière, Romagnat.