Vivra

Auteur : Dominique Dolmieu
Editeur : Impr. Sepec
Publié : 2017
Type de document : 10-Livres
Cote : t dol
Résumé : Pièce relatant le procès du seul survivant du commando qui a pris en otage un millier d'enfants et d'adultes pendant trois jours dans un gymnase de Beslan, le 1er septembre 2004. Les terroristes réclament le retrait des troupes russes de Tchétchénie et refusent de céder. Utilisant l'artillerie lourde, l'armée russe donne l'assaut, qui se solde par la mort de 334 personnes, dont 186 enfants.

Un commando de 32 caucasiens pour une prise d’otage gigantesque, plus de 1 000 personnes retenues dans une école le jour même de la rentrée des classes, dont une bonne partie d’enfants. La tragédie se joue le 1er septembre 2004 à Beslan, Ossétie du Nord, Russie, en plein pendant la guerre opposant la Russie à la Tchétchénie, et ce n’est pas du théâtre. 30 heures de prise d’otages, des médias gouvernementaux minimisant le nombre de personnes retenues prisonnières, n’en comptabilisant « que » 354, chiffre déclenchant la furie du commando assaillant. En parlant d’assaillir, c’est exactement ce qui va se passer le 3 septembre, date à laquelle les tanks russes et les lance-flammes entrent en action dans l’école. Une boucherie. On dénombre 334 morts dont 186 enfants. On se souvient tou.te.s de cette catastrophe. La lumière ne sera jamais faite sur cette attaque : les « terroristes » ont-ils été menaçants ou non sur le sort des otages ? Ont-ils refusé toute négociation ? Les autorités russes ont-elles décidé de siffler brutalement et sans aucune provocation la fin du match ? Du commando ne survivra qu’un seul membre, Nourpacha KOULAEV, il sera la seule personne à être condamnée suite à cette folie humaine de plus de 2 jours. C’est ce que cette courte pièce de théâtre raconte, une pièce en forme de procès, où la cupidité va atteindre un drôle de paroxysme. Un seul coupable condamné, à la fois pour la prise d’otages et pour l’assaut, des familles méprisées repartant du tribunal sans réponses pour un théâtre militant, rude et imagé avec notamment ce personnage porte-parole des victimes et nommé Celle Qui Reste, ou encore ce Chœur des Enfants Morts. Les autres personnages de cette courte pièce sont des acteurs jouant le rôle des véritables protagonistes dont le « fameux » KOULAEV. De l’engagement documenté qui fait vibrer les cordes sensibles, superbe.

Proposé par Laurent, bassin sud-ouest