OVERNIA, BIBLIOTHEQUE NUMERIQUE DU PATRIMOINE

Accueil   >   Collection : La presse auvergnate   >   L' Avenir du Plateau Central (1925-1944)

L' Avenir du Plateau Central (1925-1944)

Fondé et dirigé par Ambroise Dumont, l’Avenir du Puy-de-Dôme est un quotidien catholique conservateur qui paraît le 2 mars 1896, remplaçant la moribonde Dépêche du Puy-de-Dôme. Il est imprimé dans un hôtel de la rue du Port à Clermont-Ferrand et participe, avec La Croix d’Auvergne, au renouveau de la presse de droite dans le Puy-de-Dôme à la fin du XIXe siècle. En 1900, son tirage atteint 14 000 exemplaires. Malgré une volonté marquée de faire de l’Avenir un grand quotidien d’information générale, la ligne éditoriale reste celle d’un journal de droite conservatrice : anti-dreyfusard, antisémite et raciste, il prend activement position dans les débats sur la loi de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, s’oppose régulièrement à son concurrent direct Le Moniteur du Puy-de-Dôme et critique violemment les actions du gouvernement.

A la mort de son époux en 1919, Madame Dumont assure la direction du quotidien en restant fidèle à une politique conservatrice catholique. Son lectorat ne cesse de croître et le journal s’impose comme l’un des trois grands quotidiens régionaux de l’entre-deux guerres aux côtés de La Montagne et du Moniteur du Puy-de-Dôme. S’il se vend surtout dans la région de Vichy, dans le Cantal et la Haute-Loire, on le lit également en Aveyron, dans la Corrèze, dans la Loire et en Lozère. En réponse à sa large diffusion, l’Avenir change de titre en 1925 pour devenir L’Avenir du Plateau Central.

En 1927, le quotidien affiche son soutien au Parti Républicain fédéral du Puy-de-Dôme, notamment sous l’impulsion de son rédacteur en chef Maurice Vallet, des directeurs politiques F. François-Marsal et Jacques Bardoux et du correspondant parlementaire Marcel Bastié. Farouchement anti-Front populaire, il attire progressivement les lecteurs déçus par la politique de droite modérée du Moniteur de Laval pour atteindre, en 1939, un tirage record de 48 000 exemplaires. Ses positions vichystes et collaboratrices durant l’Occupation auront raison du quotidien qui cessera de paraître en 1944.

La numérisation a été réalisée à partir des Microfilms.



Vous pouvez sélectionner un intervalle de date pour cibler votre recherche

Effectuer une recherche du
au