1 / 4
Des pierres dans ma poche

Khaouter Adimi
Paru en 2016 chez Seuil dans la collection Cadre rouge

La narratrice, une algérienne trentenaire, vit et travaille à Paris depuis quelques années. Ici, tout et tous devraient la séduire, pourtant, elle se retrouve souvent au petit matin sur un banc de la rue des Martyrs, auprès de Clotilde, "femme sans maison" qui parfois accepte de parler d'elle. Qui raconte l'amour et la douleur de l'amour. Assise à son côté, la jeune femme compte les pierres dans sa poche, les pierres suivent ses pensées, lui permettent d'égrener les obligations de la journée à venir. La plus désagréable est-elle de se retrouver au bureau à feindre le bonheur dans une ville étrangère ? Ou de répondre aux coups de fil incessants de sa mère qui se désespère de la savoir encore célibataire ? Ou bien la perspective de revenir en Algérie pour le mariage de sa soeur avec l'image détestable des gens qui quittent leur pays sans remords pour vivre là-bas ? A moins que le plus difficile, le plus obsédant, soit de devoir accepter le manque sidérant des amis d'enfance, de la révolte permanente contre un état autoritaire et absurde, de la lumière d'Alger aveuglante et enveloppante.

2 / 4
L'envers des autres : roman

Khaouter Adimi
Paru en 2011 chez Actes Sud Arles dans la collection Domaine français

Radioscopie des souffrances et des espérances de la société contemporaine à travers le quotidien silencieux d'Adel et de sa soeur Yasmine, vivant avec leur mère et leur soeur ainée au milieu des habitants d'un quartier d'Alger au début du XXIe siècle. Premier roman. Prix littéraire de la vocation 2011 (Fondation M. Bleustein-Blanchet).

3 / 4
Nos richesses

Khaouter Adimi
Paru chez Cybook Odyssey


4 / 4
Nos richesses

Khaouter Adimi
Paru en 2017 chez Seuil Paris dans la collection Cadre rouge

En 1935, Edmond Charlot, 20 ans, ouvre une librairie à Alger avec la volonté de promouvoir de jeunes écrivains de la Méditerranée sans distinction de langue ou de religion. En 2017, Ryad, 20 ans, étudiant à Paris, n'éprouve qu'indifférence pour la littérature. De passage à Alger, il doit vider de ses livres un local, tâche qui est étrangement compliquée par la surveillance du vieil Abdallah.