1 / 3
Albert le Magnifique

Brigitte Benkemoun
Paru en 2016 chez Stock Paris dans la collection Bleue

L'histoire commence quand l'auteur retrouve la trace de son arrière-grand-oncle Albert sur les stèles du mémorial de la Shoah. Mais pourquoi Albert Achache a-t-il changé de nom ? Pourquoi s'appelle-t-il Achache-Roux ?Alors, loin des certitudes et des légendes familiales qu'on se passe d'une génération l'autre, de l'Algérie française à la diaspora juive, l'auteur découvre la viecincroyablement audacieuse de cet homme qu'elle a toujours aimé, sans le connaître.Qui est vraiment « oncle Albert » ? Est-il un ambitieux né dans l'Algérie de la colonisation et parti à l'assaut de la Riviera ? Un charmeur aux allures ambiguës dans la France des années folles ?De Tlemcen à Auschwitz, Brigitte Benkemoun reconstitue la trajectoire mystérieuse d'un enfant du siècle, ébloui par la France, la République et le progrès. Et le destin de ce jeune juif, au-delà de la tragédie personnelle, nous émeut. Oncle Albert, si différent, c'est chacun d'entre nous.

2 / 3
La petite fille sur la photo : la guerre d'Algérie à hauteur d'enfant

Brigitte Benkemoun
Paru en 2012 chez Impr. CPI Firmin-Didot

« J’ai longtemps pensé que l’Algérie n’était pas mon histoire. Je suis pourtant née à Oran en 1959 et suis l’une de ces milliers d’enfants rapatriés en 1962. Comme beaucoup de pieds-noirs, mes parents avaient tourné la page, ne vivaient pas dans la nostalgie, mais je rejetais même le peu qu’ils disaient d’eux. On n’est pas pied-noir quand on a 17 ans. « Et puis, il y a dix ans, je suis tombée sur un journal qui commémorait les 40 ans des accords d'Evian, avec une photo en noir et blanc à la une : une petite fille, dans les bras de son père, sur la passerelle d'un paquebot. Marseille, juillet 1962. Et j'ai pleuré, toute seule, le journal entre les mains. « Mais que savais-je de ce pays que plus personne chez moi ne semblait regretter ? Je me suis donc lancée dans une sorte d'enquête pour essayer de reconstituer cette histoire à hauteur d'enfant. Voici donc le journal de ce passé recomposé, d’une quête qui m’a menée jusqu’en Algérie, d'une mémoire qui s'est cherché des souvenirs chez les miens et les autres : Jacques Attali, Julien Dray, Mehdi Charef, un fils de colon, un jeune engagé dans l’OAS, une victime d’attentat du FLN, une fille de harki, celle d’un professeur communiste. Au final, ce puzzle m’a permis d'approcher ce qui nous est arrivé. »

3 / 3
La petite fille sur la photo : la guerre d'Algérie à hauteur d'enfant

Brigitte Benkemoun
Paru en 2018 chez Pluriel Paris

« J'ai longtemps pensé que l'Algérie n'était pas mon histoire. Je suis pourtant née à Oran en 1959 et je suis l'une de ces milliers d'enfants rapatriés en 1962. Comme beaucoup, mes parents avaient tourné la page sans nostalgie, mais je rejetais même le peu qu'ils disaient d'eux. On n'est pas pied-noir quand on a 17 ans.« Et puis, un jour, je suis tombée sur un journal qui commémorait les 40 ans des accords d'Evian, avec une photo en noir et blanc à la une : une petite fille sur la passerelle d'un paquebot. Marseille, juillet 1962. Et j'ai pleuré, toute seule, le journal entre les mains.Je me alors suis lancée dans une sorte d'enquête pour essayer de reconstituer cette histoire à hauteur d'enfant. Voici le journal d'un passé recomposé, d'une quête qui m'a menée jusqu'en Algérie, d'une mémoire qui s'est cherché des souvenirs chez les miens et les autres, pour comprendre ce qui "nous" est arrivé et retrouver enfin la petite fille sur la photo. » Postface inédite Brigitte Benkemoun a été rédactrice en chef de l'émission Mots croisés sur France 2, chef des informations sur France Inter et longtemps journaliste à Europe1.