1 / 5
La projection du monde : réflexions sur l'ontologie du cinéma

Stanley Cavell
Paru en 1999 chez Belin Paris dans la collection L'Extrême contemporain

La réflexion d'un philosophe sur le septième art.

2 / 5
A la recherche du bonheur : Hollywood et la comédie du remariage

Cavell, Stanley et Laugier, Sandra
Paru en 2017 chez Vrin Paris dans la collection Philosophie du présent

En quoi le cinéma est-il de la philosophie? À cette question, le grand philosophe Stanley Cavell répond en étudiant sept films qui, tous sortis dans les années 1930-1940, inventent un genre nouveau : celui de la « comédie du remariage ». Il ne s’agit plus, comme dans la comédie classique, d’unir un jeune homme et une jeune fille et de les conduire au bonheur malgré des difficultés extérieures, mais de ré-unir deux personnes après une séparation, dans la recherche d’un bonheur nouveau et différent, en dépit d’obstacles intérieurs. Cavell examine les raisons et les conséquences philosophiques de ce schéma du remariage au cinéma : la naissance d’une femme nouvelle (idéalement incarnée par des actrices comme Katharine Hepburn ou Irene Dunne), la réflexion sur les relations de couple, sur l’égalité des sexes, sur la nécessité en amour d’une mort et d’une renaissance. Entre philosophie et cinéma, mêlant Kant et Frank Capra, Emerson et Cary Grant, Nietzsche et Leo McCarey, Shakespeare, Ibsen, Freud et Howard Hawks, Cavell nous donne un regard différent sur ces films et leur descendance. Se dessine alors le véritable sujet du cinéma hollywoodien, à la fois culture populaire et oeuvre de pensée.

3 / 5
La protestation des larmes : le mélodrame de la femme inconnue

Cavell, Stanley et Soulat, Pauline
Paru en 2012 chez Capricci Impr. Qualibris France Quercy Paris 46-Mercuès dans la collection Cinéma

A travers l'étude de quatre films réalisés entre 1930 et 1950 (Lettre d'une inconnue de M. Ophuls, Hantise de G. Cukor, Now, Voyager de I. Rapper et Stella Dallas de K. Vidor), cet ouvrage dresse le portrait type d'une héroïne qui cherche à exister par elle-même, hors du cadre du mariage.

4 / 5
Le cinéma nous rend-il meilleurs ?

Cavell, Stanley, Domenach, Élise et Fournier, Christian
Paru en 2003 chez Normandie roto impr. dans la collection Le temps d'une question

Réflexion sur les bienfaits du cinéma sur l'ordinaire et le quotidien qui s'appuie sur des comédies de remariage et également sur une lecture croisée de Rohmer et de Shakespeare ou de Capra. Invite à repenser la philosophie morale.

5 / 5
À la recherche du bonheur : Hollywood et la comédie du remariage

Cavell, Stanley, Fournier, Christian et Laugier-Rabaté, Sandra
Paru en 2017 chez Impr. la Source d'or dans la collection Philosophie du présent

En quoi le cinéma est-il de la philosophie? À cette question, le grand philosophe Stanley Cavell répond en étudiant sept films qui, tous sortis dans les années 1930-1940, inventent un genre nouveau : celui de la « comédie du remariage ». Il ne s’agit plus, comme dans la comédie classique, d’unir un jeune homme et une jeune fille et de les conduire au bonheur malgré des difficultés extérieures, mais de ré-unir deux personnes après une séparation, dans la recherche d’un bonheur nouveau et différent, en dépit d’obstacles intérieurs. Cavell examine les raisons et les conséquences philosophiques de ce schéma du remariage au cinéma : la naissance d’une femme nouvelle (idéalement incarnée par des actrices comme Katharine Hepburn ou Irene Dunne), la réflexion sur les relations de couple, sur l’égalité des sexes, sur la nécessité en amour d’une mort et d’une renaissance. Entre philosophie et cinéma, mêlant Kant et Frank Capra, Emerson et Cary Grant, Nietzsche et Leo McCarey, Shakespeare, Ibsen, Freud et Howard Hawks, Cavell nous donne un regard différent sur ces films et leur descendance. Se dessine alors le véritable sujet du cinéma hollywoodien, à la fois culture populaire et oeuvre de pensée.