1 / 3
Altérations, créations dans la langue, les langages dépravés

Tomiche, Anne, Centre de recherches sur les littératures modernes et contemporaines et Equipe Ecritures poétiques modernes et contemporaines
Paru en 2001 chez Impr. Diazo 1 dans la collection Cahiers de recherches du CRLMC-Université Blaise Pascal

Ces études mettent en lumière l'originalité de pays de Thiers (Puy-de-Dôme). Elles permettent de comprendre comment une tradition d'industrie artisanale ancienne, au sein de laquelle la coutellerie a joué un rôle de plus en plus grand, est parvenue à façonner l'identité culturelle d'une population fortement enracinée. Trois parties : l'espace, l'identité culturelle, les activités.

2 / 3
La langue retournée de la culture

Simonot, Michel et Faber, Luce
Paru chez Excès dans la collection Voix publiques

Des mots changent de sens. D’autres surgissent et, subrepticement, se substituent aux précédents. Des qualificatifs sont associés aux vocables pour en changer les enjeux. Ce que Michel Simonot nomme, dans le champ culturel, retournement, désigne un usage de la langue par lequel l’idéologie néolibérale amène, progressivement, à percevoir ses critères comme incontournables, quasi naturels. S’ensuit une dépolitisation de la politique culturelle publique et de ses fondements. Le néolibéralisme tend à infuser dans tous les domaines. La langue est un vecteur essentiel de cette infusion. La culture n’y échappe pas. Ecrit sous forme d’un dictionnaire critique, l’ouvrage de Michel Simonot déconstruit pas à pas ce nouveau langage et nous ouvre la possibilité de repenser à neuf les enjeux de futures politiques culturelles (4e de couv.). Index : Préambule. .Etat social-Etat providence. .Politique culturelle publique-Exception culturelle française. .Subvention-Responsabilité sociale-Responsabilité artistique. .Subvention-Financement-Mécénat. .La subvention-Les subventions. .Subvention reconnaissance-Subvention survie. .Experts-Pairs. .Tutelle publique. .Subventions-Appels d'offre. .Projet. .Action culturelle.-Actions culturelles. .Objectif de démocratisation-Echec de la démocratisaion. .Responsabilité des artistes. .Temps artistique. Temps politique. .Intérêt artistique-Rentabilité sociale. .Démocratisation de la culture-Démocratisation culturelle-Démocratie culturelle. .Diversification des publics-Elargissement du public-Public. .Création artisitique-Pratiques artistiques. .Fréquentation-Remplissage. .Information-Communication-Visibilité. .Offre-Demande. .Offre-Demande de culture. .Culture-Marchandise. .Etablissements culturels-Entreprises culturelles. .Directeur-Manage(u)r. .Création-Innovation-Prototype-Industrie créative. .Crowdfunding-Financement participatif-Porteurs de projets. .Mutualisation. .Création artistique-Création culturelle- Création de produits. .Création-Créateur-Artiste notoire-Artiste utile. .Territoire. .Proximité. .Elitisme. .Emergence. .Indépendance-Responsabilité. .Exigence artistique- Exigence de survie. .Risque artistique. .Art-Vivre ensemble-Oeuvres. .Culture.

3 / 3
Le français est à nous ! : petit manuel d'émancipation linguistique

Candea, Maria et Véron, Laélia
Paru en 2019 chez la Découverte Paris dans la collection Cahiers libres

Apporter des connaissances en matière d'histoire de la langue, donner des outils pour interroger la fabrication des règles linguistiques en français, mettre en lumière leurs aspects politiques et idéologiques : un livre indispensable pour se forger un point de vue éclairé et critique non seulement sur la langue française, mais aussi sur les discours tenus en son nom. À force de le lire et de l'entendre, cela semble admis : la langue française serait en péril. Diverses menaces contribueraient à la dégrader : les argots, les anglicismes, les barbarismes, le langage SMS, le politiquement correct, etc. De fait, défendre la langue est devenu un prétexte facilement recevable pour tempêter contre la société contemporaine (forcément décadente). Mais qu'est-ce donc qu'aimer la langue française ? C'est passer du temps à lire, parler, écrire et surtout s'interroger : sur la langue, mais aussi sur les discours qui la concernent et sur ceux qui sont tenus en son nom. Le français n'est pas figé, il a une histoire, qui continue à s'écrire. Si la langue est un dispositif de maintien de l'ordre social, elle est aussi une construction politique qu'il est possible de se réapproprier. Entrons ensemble dans l'histoire sociopolitique du français et dans les débats citoyens qui y ont trait ! Ce sera l'occasion de découvrir les liens subtils entre langue, politique et société. De voir qu'on peut à la fois aimer le français, sa richesse, sa complexité et son histoire, et avoir confiance dans sa vitalité, sans se complaire dans la nostalgie d'un passé mythique. Avoir l'ambition de se saisir de la langue française est une démarche exigeante, mais c'est une exigence joyeuse. Alors n'ayons pas peur de le proclamer : le français est à nous !