1 / 5
L'âge de l'empathie : Leçons de la nature pour une société solidaire

Waal, Frans de et Paloméra, Marie-France de
Paru en 2010 chez Les liens qui libèrent

L'éthologue F. de Waal montre en quoi l'empathie, ou instinct de compassion, n'est pas l'apanage exclusif de l'homme, mais est partagé par les singes, les éléphants, les dauphins...

2 / 5
L'année du phénix : la première année de la retraite

Danièle Laufer
Paru en 2013 chez Les liens qui libèrent

Cette année encore, environ 600 000 personnes quitteront le monde du travail sans savoir ce qui les attend. Heureux de cette liberté retrouvée, ils tombent parfois de haut. Danièle Laufer, auteur et journaliste spécialisée des questions de psychologie et de société depuis trente ans, a rencontré des dizaines de jeunes retraités issus de milieux sociaux différents et lui ont confié leurs joies, leurs espoirs et leurs désarrois. A travers leurs confidences, se dessine une crise aussi nécessaire que la crise d'adolescence. De l'espérance du départ à sa réalité, nous assistons aux sentiments contradictoires du pot de départ, à l'ambivalence face aux remplaçants à venir, sans compter les difficultés à signer sa propre fin. Puis le départ acté, c'est l'appréhension du temps libre qu'il faut occuper tout en surmontant des sentiments personnels d'inutilité, de perte de confiance, de mal-être. Bousculée dans ses repères, le jeune retraité doit réinventer son couple, apprivoiser sa liberté, reprendre confiance en lui pour construire le reste de sa vie. Loin d'être un énième livre pratique, cet essai basé sur des témoignages réconfortera les nouveaux retraités. Un ouvrage nécessaire pour se rendre compte que nombreux sont ceux qui traversent la complexité de ce grand chamboulement.

3 / 5
Le Prix de l'inégalité

Stiglitz, Joseph E., Chemla, Françoise et Chemla, Paul
Paru en 2012 chez Les liens qui libèrent

"J'entends expliquer dans ce livre pourquoi notre système économique ne fonctionne plus pour la grande majorité de la population ; pourquoi l'inégalité s'aggrave à ce point, du jamais vu depuis les années trente et quelles en sont les véritables conséquences. Mon fil conducteur est clair : l'inégalité a un prix, elle est la cause et la conséquence de la faillite du système politique et elle alimente, dans notre système économique, une instabilité et une inefficacité qui l'aggravent à leur tour. Cest ce cercle vicieux qui nous plonge dans l'abîme. Mais ce nest pas tout : puisqu'il est flagrant que notre système économique ne peut rien pour la plupart des citoyens et que nos gouvernements sont globalement sous la coupe des intérêts privés, la confiance dans la démocratie va s'éroder. Et puisque nous comprenons peu à peu que nombre de nos pays ne sont plus ceux de l'égalité des chances et du fair play, c'est sans doute notre sentiment de la justice qui est menacé". J. S. Selon l'auteur, la situation actuelle n'est cependant pas fatale, elle résulte dune politique qui a modelé le marché pour qu'il avantage les plus riches. Non content de dénoncer, Stiglitz, dans Le Prix de l'inégalité, expose un programme exhaustif qui ouvre une nouvelle voie, celle d'une économie plus dynamique et d'une société plus équitable et égalitaire. Ce livre est sans conteste le plus ambitieux des ouvrages de Joseph Stiglitz

4 / 5
Le triomphe de la cupidité

Stiglitz, Joseph E. et Chemla, Paul
Paru en 2010 chez Les liens qui libèrent


5 / 5
Mère épuisée

Stéphanie Allenou
Paru en 2011 chez Les liens qui libèrent

Petit à petit, je perds toute envie : de parler, de bouger, de m'occuper de mon mari, de mes enfants, de ma maison... Le plus difficile c'est de commencer la journée. Je me réveille en proie à l'angoisse. Je n'ai pas la force d'y aller. Je ne veux plus de ces contraintes horaires, de ce bruit, de ces affrontements, de ces gestes cent fois réitérés. Je ne veux même plus voir mes enfants. Je ne veux plus rien donner : ni temps, ni mots. Je veux être seule, dans le silence... Cet ouvrage est un récit poignant, le témoignage courageux d'une mère. Stéphanie Allenou nous livre sans tabou ses sentiments d'isolement, de doute, de peur et les moments de perte de contrôle, de violence ordinaire qui ont fait son quotidien avec ses enfants. Elle nous révèle alors son désarroi face à cette part étrange d'elle-même, et dénonce notre société qui idolâtre la maternité en oubliant la mère. Mais son discours est aussi un témoignage d'optimisme qui veut prévenir le fléau du burn out maternel . Elle suggère des solutions pour entourer les mères épuisées et les encourage à oser dire leurs difficultés